Dr E.KAUFMANN : Le pHmètre a-t-il sa place dans le dépistage de la souffrance fœtale ?

La mesure du pH capillaire se heurte à des obstacles techniques ; mais surtout l’abaissement du pH traduit une altération trop tardive du métabolisme fœtal pour pouvoir considérer cette technique dans le cadre de la prophylaxie de la souffrance fœtale. A l’inverse l’étude post-natale du sang ombilical permet de donner un état chiffré du métabolisme fœtal, qui devrait figurer dans tous les dossiers de nouveau-né.