La rupture utérine

Lors de l’accouchement la rupture de l’utérus est une urgence obstétricale engageant le pronostic vital de la mère et de son bébé. Elle peut survenir suite à l’administration excessive ou prolongée de médicaments ocytociques, à une manœuvre obstétricale ou instrumentale.

La rupture utérine est une déchirure spontanée de l’utérus qui peut provoquer l’expulsion du bébé dans la cavité péritonéale et une hémorragie gravissime chez la mère. On en distingue trois variétés : les ruptures par impossibilité d’engagement survenant sur un utérus non cicatriciel, les ruptures sur utérus cicatriciel et les ruptures provoquées par accidents opératoires.

Facteurs de risques

  • Dystocie au cours du travail ;
  • Présentation vicieuse du fœtus ;
  • Emploi excessif ou prolongé de médicaments ocytociques ;
  • Contractions utérines excessives ;
  • Utérus cicatriciel ;
  • Grossesse gémellaire, malformations fœtales, hydramnios ;
  • Parturiente âgée de plus de 30 ans ;
  • Macrosomie fœtale ;
  • Versions par manœuvres internes ;
  • Présentations en siège, transverse ;
  • Extraction instrumentale ;
  • Expressions utérines.

Diagnostic

Il repose essentiellement sur les anomalies du rythme cardiaque fœtal (RCF) qui sont sévères et brutales et sur une douleur abdomino-pelvienne intense d’apparition secondaire, notamment persistante entre les contractions utérines ou résistante à l’analgésie.

Si le bébé a été expulsé de l’utérus et est situé dans la cavité péritonéale, la morbidité et la mortalité augmentent de manière significative.

Pour confirmer le diagnostic de rupture de l’utérus, l’obstétricien peut pratiquer une incision dans l’abdomen de la femme, afin de visualiser directement l’utérus. Cette procédure est appelée laparotomie.

Traitement

Le traitement de la rupture utérine est une laparotomie immédiate avec césarienne et si nécessaire une hystérectomie, une intervention chirurgicale qui consiste à retirer l’utérus.

Suite à la perte de sang entraînée par l’hémorragie, une transfusion sanguine est réalisée.

Les situation les plus catastrophiques conduisent au décès maternel et du bébé.

SOURCES :

Pr DE TOURRIS, Pr HENRION, Pr DELECOUR : Abrégé de gynécologie et d’obstétrique. 5ème édition.

Dr MOLDENHAUER Children’s Hospital of Philadelphia : https://www.msdmanuals.com/fr/professional/gyn%C3%A9cologie-et-obst%C3%A9trique/anomalies-et-complications-du-travail-et-de-l-accouchement/rupture-ut%C3%A9rine

MASCSF : https://www.prevention-medicale.org/Actualites-et-revues-de-presse/Toutes-les-actualites/Sage-femme/rupture-uterine-tentative-voie-basse

SANTE MAGAZINE : https://www.santemagazine.fr/sante/maladies/troubles-et-maladies-lies-a-la-grossesse/rupture-uterine-3-choses-a-savoir-199875

PAROLE DE SAGES-FEMMES : https://paroledesagesfemmes.com/metier-sage-femme/accouchement/rupture-uterine-chaque-minute-qui-retarde-la-naissance-augmente-de-10-le-risque-de-deces?utm_source=TwitterPartage

Publié par

ATIDE

L’ATIDE est la seule association qui recense, informe et soutien les familles dont les enfants sont décédés ou handicapés des suites d’accouchements traumatiques, de l’usage des médicaments ocytociques (Oxytocine, Syntocinon…) et des dispositifs d’extractions instrumentales (spatule, forceps, ventouse).