Pr L.MEYER, Pr E.HAUCH : Les ruptures de la dure-mère crânienne chez les nouveau-nés.

Le professeur Beneke (Marbourg) fut, à notre connaissance, le premier à décrire les ruptures de la tente du cervelet et à montrer leur importance dans les hémorragies intra-crâniennes chez les nouveau-nés.

Depuis la publication de Beneke [1], nous avons recherché ces lésions sur les fœtus morts dans les deux services d’accouchement du Rigshospitalet de Copenhague.

Avant de décrire les pièces anatomiques que nous avons recueillies, nous dirons quelques mots sur certains détails qui sont très importants pour comprendre les lésions observées.

Dans le crâne du nouveau-né normal on voit, comme on le sait, la tente du cervelet, qui sépare la fosse cérébelleuse de la fosse cérébrale. Elle s’attache sur les apophyses clinoïdes antérieures et postérieures, sur le bord supérieur et la partie mastoïdienne du rocher et sur les gouttières latérales de l’occipital, formant le sinus transversal. La petite circonférence de la tente, qui s’élève en arrière pour former avec celle de l’autre coté la faux du cerveau, forme le trou de Pacchioni par lequel passe l’isthme de l’encéphale (voir fig.2a)

Si l’on examine une tête dont on a enlevé la partie située entre la ligne courbe supérieure et le trou de l’occipital, on observe sur la face inférieure de la tente deux lignes fibreuses et proéminentes qui commencent en s’attachant sur l’os auprès du pressoir d’Hérophile pour aller former la petite circonférence de la tente (voir fig.1 et 8). On voit au dessus de ces fibres, entres celles-ci et le bord inférieur de la faux du cerveau, une partie triangulaire et qui présente pour nous un intérêt spécial.

Après avoie extrait la masse cérébrale du crâne du nouveau-né à l’aide de deux petites fenêtres latérales de façon à respecter la tente, si l’on exerce alors une pression bilatérale sur cette t^te, on voit les fibres de la tente se fendre fortement ; cette constatation a été faite par Beneke. La tension s’augmente encore si l’on fait cette pression d’avant en arrière au lieu de latéralement, et l’on voit le vertex se déplacer de haut et en arrière (fig.2b). Sous l’influence de cette pression, on observe aussi un déplacement du temporal : la base du crâne devient plus large et la tension de la tente augmente.

Quand le vertex est déplacé en haut et en arrière, les fibres de la tente et de la faux du cerveau se tendent aussi en haut et en arrière. […]

Publié par

ATIDE

L’ATIDE est la seule association qui recense, informe et soutien les familles dont les enfants sont décédés ou handicapés des suites d’accouchements traumatiques, de l’usage des médicaments ocytociques (Oxytocine, Syntocinon…) et des dispositifs d’extractions instrumentales (spatule, forceps, ventouse).