« Cela aurait dû être le plus beau jour de notre vie » : une mère demande l’ouverture d’une enquête après l’annulation de sa césarienne et le décès de son bébé au Centre Hospitalier d’Ajaccio.

Pour les parents, la mort de leur enfant n'est pas due à la fatalité. Mais bel et bien à un enchaînement de dysfonctionnements. En cause une césarienne demandée par la sage-femme puis annulée.

« Je l’ai supplié de me faire une césarienne, mais il ne m’écoutait pas » : accumulation de plaintes de victimes, dont trois décès, contre un obstétricien de la Clinique de la Tamise (Calais).

L'un des bébés est décédé d'une anoxie cérébrale due à une souffrance fœtale consécutive à une procidence du cordon qui a donné lieu à une césarienne tardive, indique le rapport d'expertise. Les débats ont été tendus avec d'un côté les parents dénonçant l'acharnement du médecin à pratiquer l'accouchement par voie basse et de l'autre un gynécologue assurant avoir tout tenté.

« Au lieu de faire une césarienne, il a décidé d’utiliser le forceps » : une mère porte plainte après le décès de son bébé d’une hémorragie cérébrale à la Clinique Caron d’Athis-Mons.

La mère reproche au médecin de ne pas avoir pratiqué de césarienne et d'avoir causé les lésions mortelles à son bébé en utilisant un forceps.