L’étude a été réalisée par une équipe de chercheurs de l’Université de Washington. Elle a porté sur un groupe de 10756 adolescents, dont 1601 avaient rapporté avoir subi au moins un choc a la tête durant les douze derniers mois.

Les chercheurs ont conclu que les antécédents de commotion cérébrale étaient associés de manière significative à de mauvais résultats scolaires, et que le fait de subir plusieurs commotions cérébrales pouvait être particulièrement nocif pour les résultats scolaires des élèves. Le dépistage des commotions cérébrales, les efforts de prévention des blessures en milieu scolaire, la promotion du port du casque afin de réduire les commotions multiples dans les sports peuvent s’avérer bénéfiques.

Le docteur Gérald KIERZEK, médecin urgentiste et chroniqueur santé, a rédigé un article sur Doctissimo sur cette étude américaine. Il affirme que « chez l’enfant, les traumatismes crâniens sont fréquents et qu’après de tels chocs, des changements physiques, cognitifs et émotionnels peuvent apparaître et impacter durablement le quotidien, notamment scolaire. »

Autres articles