Pr REYNIR TOMAS GEIRSSON : Birth trauma and brain damage.

Un traumatisme à la naissance est strictement toute condition qui affecte négativement le fœtus pendant le travail ou l’accouchement. Elle peut être subdivisée en blessures résultant d’états d’hypoxie et celles dues à des facteurs mécaniques (Gresham, 1975). L’hypoxie est souvent et dans une large mesure contributive là où un traumatisme mécanique est produit, mais dans ce chapitre, l’accent sera mis sur ce dernier.

Pr C.AMIEL-TISON, C.SUREAU, S-M.SHNIDER : Handicap cérébral chez le nouveau-né à terme lié aux forces mécaniques du travail.

Nos objectifs dans cet article seront, tout d’abord, de résumer les données de laboratoire et les observations cliniques obstétricales et pédiatriques qui relient le stress mécanique du travail à ses conséquences. Par la suite, nous examinerons comment nous pouvons appliquer ces connaissances dans la pratique obstétricale afin d’éviter, par une intervention précoce, les conséquences potentiellement désastreuses d’un tonus utérin excessif et des contractions.

L’une des questions les plus controversées en périnatalogie est la relation précise entre l’hypoxie et l’acidose fœtale et le devenir à long terme du système nerveux central (SNC).

Certains chercheurs pensent qu’il existe une relation directe entre l’asphyxie fœtale intrapartum et les lésions du SNC, tandis que d’autres rejettent cette hypothèse comme ayant peu de fondement scientifique.

Les deux hypothèses semblent également extrêmes et biaisées. En fait, une lésion du SNC liée au travail doit représenter une réponse à plusieurs facteurs : (1) la durée et la gravité de l’asphyxie, par ex. compression du cordon ombilical ou abruptio placentae ; (2) la capacité d’un fœtus donné à tolérer le stress, par ex. la tolérance limitée bien connue au stress observée chez les fœtus post-terme ou à retard de croissance intra-utérin (RCIU) ; et (3) les circonstances dans lesquelles le fœtus est stressé, par ex. lorsque des forces mécaniques excessives sont appliquées à la tête du fœtus.

Ainsi, plusieurs facteurs doivent toujours être pris en compte si l’on veut relier une lésion du SNC aux événements péripartum.

Les effets de la durée et de la gravité de l’asphyxie à la naissance et de la tolérance individuelle d’un fœtus donné à l’asphyxie à la naissance seront examinés ailleurs dans ce volume. Nous nous concentrerons sur le troisième facteur, l’impact des forces mécaniques excessives exercées sur la tête fœtale.

Nous nous concentrerons sur les processus intra-utérins, car les applications de forceps d’urgence sont examinées plus loin dans ce volume au chapitre 13. Nos objectifs dans cet article seront, tout d’abord, de résumer les données de laboratoire et les observations cliniques obstétricales et pédiatriques qui relient le stress mécanique du travail à ses conséquences. Par la suite, nous examinerons comment nous pouvons appliquer ces connaissances dans la pratique obstétricale afin d’éviter, par une intervention précoce, les conséquences potentiellement désastreuses d’un tonus utérin excessif et des contractions.

Dr R.LAPEER : Moulage de la tête fœtale. Analyse du crâne fœtal soumis à des pressions utérines pendant la première phase du travail.

Le moulage de la tête fœtale est un phénomène qui peut contribuer à un progrès satisfaisant lors de l’accouchement car il permet à la tête fœtale de s’adapter à la géométrie du passage. En revanche, un moulage excessif de la tête peut entraîner des lésions crâniennes à la naissance et ainsi affecter le nourrisson peu ou même longtemps après la naissance.

Un groupe de chercheurs dans le passé a étudié la biomécanique du moulage de la tête fœtale d’un point de vue technique et s’est limité à un modèle statique et linéaire des os pariétaux. Dans cet article, nous présentons un modèle non-linéaire de la déformation d’un crâne fœtal complet, lorsqu’il est soumis à des pressions exercées par le col de l’utérus, pendant la première étape du travail.

La conception du modèle comporte quatre étapes principales : la récupération de la forme du crâne fœtal, la génération d’un maillage valide et compatible pour l’analyse par éléments finis, la spécification d’un modèle physique et l’analyse de la déformation.

Les résultats de l’analyse montrent un bon accord avec ceux obtenus à partir des expériences cliniques sur l’évaluation quantitative du moulage de la tête fœtale. Le modèle affiche également des formes après moulage qui ont été rapportées dans des études antérieures et qui sont généralement connues dans les communautés obstétricales et pédiatriques.

Dr R.LAPEER : Un modèle biomécanique de moulage de la tête fœtale.

Le moulage de la tête fœtale est un phénomène qui peut contribuer à une progression satisfaisante lors de l’accouchement, car il permet à la tête fœtale de s’adapter à la géométrie du passage. En revanche, un moulage excessif de la tête peut entraîner des lésions crâniennes à la naissance et ainsi affecter le nourrisson peu ou même longtemps après sa naissance.

Collège Universitaire des Enseignants en Néphrologie : Désordres de l’équilibre acide-base.

Savoir définir l’acidose, son caractère métabolique ou ventilatoire, et son caractère isolé ou mixte, aigu ou chronique. Savoir conduire le diagnostic étiologique d’une acidose métabolique. Attention, une anomalie du pH n’est pas nécessaire pour diagnostiquer un trouble acidobasique. En effet, une bicarbonatémie basse avec un pH normal peut correspondre à une acidose métabolique totalement compensée.